Fourberie des mackysards dans le Fouta (Par Amadou Sow)

Le parti au pouvoir, sous la houlette de Farba Ngom et d’Abdoulaye Daouda Diallo (les deux porte-étendards de la toute nouvelle bourgeoisie politicienne du Fouta), se comporte de manière inélégante, antidémocratique, mesquine et sournoise vis-à-vis des citoyens de cette partie du pays qui ont choisi librement de ne pas vadrouiller dans les prairies de Benno Bokk Yakaar.

Ils sont en train de semer la pagaille politique dans cette zone qu’ils croient complétement hors du Sénégal et entièrement livrée à une bande de trouillards et de roublards, se nourrissant de la misère locale pour mieux se servir.
Nous nous souvenons de la déclaration d’Abdoulaye Daouda Diallo, un inconditionnel de Macky Sall, disant que le Fouta n’a pas de doléances.

Effectivement, quand l’on surfe sur l’ignorance et la pauvreté des masses populaires pour conserver ses privilèges, l’on n’hésite pas à s’appuyer sur son pedigree pour intimider des personnes qui ont choisi de ne pas être complices de cette vaine tentative de présenter le Fouta comme une terre entièrement et naturellement acquise à Macky.

Constatant l’échec de leur tentative de tirer sur la corde sensible du communautarisme, ces affidés du régime, pensent qu’avec des sous, la menace et l’intimidation, ils peuvent camoufler leur fiasco en détournant le suffrage des populations par des moyens inélégants et antidémocratiques.

En effet, après la défection du coordinateur Djibril Ngom, à cause des pratiques malsaines de Farba Ngom, Abdoulaye Daouda Diallo, le nouveau manitou du Fouta, se permet de consulter les dossiers de candidatures de la coalition Yewwi Askan Wi, en vue de repérer des personnes sur qui exercer une pression économique, sociale ou psychologue.

Après plusieurs tentatives vaines de corrompre des candidats de Yewwi Askan Wi, l’équipe d’Abdoulaye Daouda Diallo a jeté son dévolu sur la brave militante de PASTEF, Aïssata Tall, en menaçant lâchement son emploi de gestionnaire de la pharmacie du poste de santé à Diongui !
Au lieu de soutenir cette dame digne d’être décorée pour services rendus à la République et de l’aider à préserver son emploi qu’elle a gagné à l’issue de nombreux sacrifices, ces despotes menacent de l’envoyer au chômage. Comme attendu d’ailleurs, dans ces genres de situation, la dame Aïssata Tall finit par céder, malgré elle, non point pour préserver son emploi, mais pour protéger sa famille.

Avertis à temps par la dame, les représentants de Yewwi Askan Wi se sont rendus à la Sous-préfecture pour voir dans quelle mesure la faire remplacer par un autre.
A leur grande surprise, il leur a été notifié sur place, que le dossier de candidatures de la coalition Yewwi Askan Wi est estampillé de la mention « irrecevable ».

Ils ont porté l’affaire devant la Cour d’Appel de Saint-Louis qui, espérons-le, dira le droit, comme c’est le cas à Matam et à Mbour.

Sachant que Yewwi Askan Wi est majoritaire dans la commune de Boké Diallobé, où il est maire, Abdoulaye Daouda Diallo cherche par tous les moyens à éliminer toute candidature de cette coalition qui, grâce à l’aura d’Ousmane Sonko et au travail des militants de PASTEF, emporte l’adhésion de plus en plus massive des populations du Fouta, à l’instar du reste du Sénégal.

Cette clique malfaisante, composée de prototypes d’une classe politique en péremption avancée, croit vivre dans le Fouta des années 80, où n’importe quel quidam pouvait procéder à un bourrage des urnes en toute impunité.

Ce sont eux qui sont complétement débranchés, déconnectés. Par conséquent, pour être sur la bonne page de l’histoire, ils doivent voir un bon informaticien pour formater et mettre à niveau leur esprit borné.

Qu’ils sachent que le Fouta n’est pas sevré de ses vrais filles et fils qui tiennent à préserver et à garder intact le drapeau du patriotisme planté par Koly Tenguella, Thierno Souleymane Baal, Cheikh Oumar Tall, pour ne citer que ces illustres figures de la résistance africaine.

Nous veillons au grain !

Amadou SOW
MONCAP/PASTEF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *