ZIGUINCHOR Bassirou Diomaye Faye Ă©voque “𝐼𝐧𝐞 𝐭𝐞𝐧𝐭𝐚𝐭𝐱𝐯𝐞 𝐝’𝐚𝐬𝐬𝐚𝐬𝐬𝐱𝐧𝐚𝐭 đœđšđ§đ­đ«đž đ„đž đđ«đžđŹđąđđžđ§đ­ 𝐎𝐼𝐬𝐩𝐚𝐧𝐞 Sonko”

“Le 8 novembre 2020, j’avais reçu une alerte sur un complot portant sur une affaire de mƓurs. Il Ă©tait ourdi contre le PrĂ©sident Ousmane SONKO (PROS), en plein COVID, par ceux-lĂ  mĂȘmes qui confinaient les SĂ©nĂ©galais dans moult interdictions.

En vĂ©ritĂ©, c’était la NiĂšme alerte du genre. Sur une pĂ©riode relativement longue d’ailleurs. Mais, dans le message du 08 novembre sus Ă©voquĂ©, le passage Ă  l’acte semblait imminent.
Je m’en Ă©tais limitĂ© Ă  en parler en privĂ©, Ă  qui de droit. Je sais aussi, que d’autres membres du COPIL avaient eux aussi reçu les mĂȘmes alertes de sources diffĂ©rentes et qui ne se connaissent pas du tout.

La suite est connue. Bien qu’il ait longtemps fuitĂ©, le plan diabolique fut mis en Ɠuvre. La fin justifiant les moyens, l’absence d’élĂ©gance dĂ©mocratique du principal bĂ©nĂ©ficiaire des retombĂ©es attendues aidant et le Nemmeeku tour les ayant Ă©cervelĂ©s tous, ils n’en mesurĂšrent guĂšre les consĂ©quences dramatiques finalement vĂ©cues.

Depuis 72 heures, suite Ă  l’agression du cortĂšge du PrĂ©sident Sonko Ă  Ziguinchor, des voix autorisĂ©es du renseignement m’ont fait comprendre que tout a Ă©tĂ© planifiĂ©.
J’ai voulu croire naĂŻvement, comme bon nombre de mes compatriotes, que Doudou Ka cherchait Ă  taper dans l’Ɠil du chef pour espĂ©rer ĂȘtre rĂ©compensĂ© d’une investiture disputĂ©e dans le camp du Benno Bokk Yakaar (BBY) dans cette ville. Mais, il n’en est rien. Absolument rien !

Les sources renseignent que Doudou Ka a Ă©tĂ© envoyĂ© aprĂšs que les commanditaires aient appris que Sonko sĂ©journe en Casamance. S’il n’y avait pas de vol, il lui auraient affrĂ©tĂ© un jet privĂ©, m’ont-elles dit. Je les prends trĂšs au sĂ©rieux. Surtout quand quelqu’un qui a quittĂ© Yeumbeul prĂ©tend dĂ©loger le PROS dans une propriĂ©tĂ© privĂ©e, Ă  Ziguinchor, oĂč il rencontrait l’Unacois.

Pour cette fois, je prends la responsabilitĂ© d’alerter. À temps. Afin que nul n’en ignore. En interne, le parti prendra trĂšs certainement les dispositions idoines pour protĂ©ger le projet en protĂ©geant son porte-Ă©tendard: le PROS.

Mes trĂšs chers,

Rappelez-vous, lors de son discours du 25 fĂ©vrier 2021, veille de sa convocation par le juge d’instruction, le PrĂ©sident Sonko, alertait sur un empoisonnement par des moyens sophistiquĂ©s. Moi-mĂȘme j’en avais dĂ©jĂ  fait cas, lors de mon intervention, le 08 fĂ©vrier 2021, dans « l’invitĂ© de MNF ».

Il n’y avait pas de hasard Ă  cette alerte de notre part. L’information Ă©tait sourcĂ©e « A premium » chez nous et donc trĂšs crĂ©dible.

L’attaque de Ziguinchor entre dans le mĂȘme registre de la planification de l’exĂ©cution d’une dĂ©cision prise en haut lieu, Ă  savoir l’élimination physique du PrĂ©sident Ousmane SONKO, dans les conditions d’un affrontement gĂ©nĂ©ralisĂ© rendant impossible l’identification des « professionnels » prĂ©posĂ©s Ă  administrer le coup fatal.

Alors qu’il soit dit ici pour l’histoire, que si cela devait arriver ( Dieu nous en prĂ©serve et prĂ©serve le PROS), il ne sera question d’aucun hasard ou que sais-je encore pour une version officielle


Lorsque le PROS a refusĂ©, dans un premier temps de dĂ©fĂ©rer Ă  la convocation du juge, en raison d’une procĂ©dure irrĂ©guliĂšre de levĂ©e de son immunitĂ© parlementaire, certains trouvĂšrent l’occasion de le cueillir trop belle pour couvrir un assassinat. Dieu merci, son sens de l’écoute et sa rĂ©ceptivitĂ© ont fait foirĂ© le macabre dessein.

Je rappelle que lorsque les attaques se sont multipliĂ©es contre Pastef Ă  la veille de l’élection prĂ©sidentielle de 2019, le comitĂ© de pilotage avait saisi le ministre de l’intĂ©rieur d’alors pour demander une protection pour le PrĂ©sident SONKO. Dans son zĂšle, le ministre de l’intĂ©rieur, Aly Ngouille Ndiaye, avait opposĂ© son refus, s’empressant mĂȘme de publier sa rĂ©ponse dans la presse.

Plus tard, en pleine campagne Ă©lectorale, il a cherchĂ© avec la fumisterie qui le caractĂ©rise, Ă  infiltrer le dispositif de sĂ©curitĂ© du Candidat de la coalition SONKO PRÉSIDENT. Cette fois lĂ  refus catĂ©gorique de notre part.
Il est donc clair que Pastef ne pourra pas compter sur le gouvernement pour assurer la protection du PrĂ©sident SONKO ni pour poursuivre les auteurs des tentatives d’assassinat contre lui.

En effet, il est notoirement connu que l’impunitĂ© des membres et souteneurs de la mouvance prĂ©sidentielle est Ă©rigĂ©e en rĂšgle depuis 2012.

VoilĂ  pourquoi, les patriotes qui, dans les prochains jours, mois ou annĂ©es, auront l’honneur, j’allais dire la lourde responsabilitĂ© d’accueillir le PROS devront veiller particuliĂšrement Ă  se constituer en bouclier sĂ©curitaire dans ses apparitions publiques et ses rĂ©unions privĂ©es.

Ainsi iront les choses, jusqu’en 2024. Rappelons-nous que avons toujours su faire face. Des martyrs, le projet en compte dĂ©jĂ  beaucoup. HĂ©las! Le SĂ©nĂ©gal aurait aimĂ© faire l’économie de toutes ces vies perdues. Et de beaucoup d’autres qui sont menacĂ©es aujourd’hui par des vellĂ©itĂ©s affichĂ©es d’une troisiĂšme candidature mortifĂšre.

En vĂ©ritĂ©, tant que Macky Sall, PrĂ©sident de l’Alliance pour la RĂ©publique restera convaincu que sa sĂ©curitĂ© et celle de sa famille ne seront garanties, Ă  la fin de ses fonctions de PrĂ©sident, en 2024, que par une Ă©limination de SONKO de la course pour le fauteuil prĂ©sidentiel, seules notre dĂ©termination et notre combativitĂ© pourront mettre ses plans en Ă©chec.

Ce qui s’est passĂ© Ă  Ziguinchor est une tentative d’assassinat. Ni plus ni moins. Et, ils reviendront Ă  la charge. Inlassablement. Car, comme dirait l’autre, la bĂȘtise insiste toujours. Donc Soyons prĂȘts au don de soi et soyons alertes. InchAllah le PROS vivra longtemps et servira ce pays par la volontĂ© du tout puissant et le suffrage des SĂ©nĂ©galais.

Bassirou Diomaye FAYE
PrĂ©sident des cadres patriotes _ Pastef Les Patriotes”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *