PIERRE BENOIT MANGA : UN MAÎTRISARD QUI « S’EN FOOT » ( Par Ben Michel Kanfoudy)


C’est le dernier mohican, encore en activité au sein du Casa Sports, de la génération dorée qui a donné en 2012 le seul titre de champion à l’équipe fanion de la Casamance. Titulaire d’une maîtrise en Physique-Chimie, Pierre Benoit Aubia Manga a rangé son diplôme dans les tiroirs pour se lancer dans une aventure footballistique. Il vient d’être couronné en coupe du Sénégal avec le même club, mais avec une autre génération. Portrait d’un « Essamay » qui tient toujours debout.


Entré en jeu à la 60e minute, lors de la finale remportée par le Casa Sports devant Diambars Football Club, Pierre Benoit Aubia Manga a eu privilège d’être désigné par ses coéquipiers et son coach pour soulever le trophée, après le coup de sifflet final qui a sanctionné la victoire de l’équipe fanion de Ziguinchor. Un honneur qui représente un symbole très significatif pour le natif de Kandé (quartier périphérique de la ville de Ziguinchor). « C’est un immense plaisir pour moi de gagner ce trophée qui me fuyait depuis une dizaine d’années. Cette coupe, je l’ai perdue en 2013 contre le Jaraaf de Dakar, en 2015 contre génération foot et en 2016 contre Niarry Tally.

C’est pourquoi en préparant celle de cette année, j’ai demandé aux jeunes de la gagner pour moi et ils l’ont fait. Donc je ne peux qu’être aux anges », a glissé Pierre Benoit Manga à la fin de la rencontre, manifestant un sentiment de fierté d’avoir vaincu le signe indien. Le milieu relayeur du Casa Sports a aussi eu le privilège de présenter la coupe au Président de la République au Palais, le soir même de la victoire, avec son bonnet rouge de nouvel initié du bois sacré de Kazinène (village Bayotte du département de Ziguinchor, situé dans l’arrondissement Nyassia).

Mais Pierre Benoit Aubia Manga aurait peut-être pu rater ces instants mémorables si le staff technique du Casa Sport avait misé sur la forme physique. En effet, le garçon a réintégré le groupe à une semaine de la finale, après avoir passé deux bonnes semaines dans le bois sacré. « Compte tenu du rôle essentiel qu’il joue dans l’équipe, il était inimaginable qu’on aille à Thiès sans lui. Il a manqué la demie finale parce qu’il était dans le bukut(la case de l’homme en pays Diola). Mais s’il n’était pas court physiquement, il aurait même démarré la finale en tant que titulaire » souffle un dirigeant de l’équipe fanion de Ziguinchor.


L’histoire du « Essamay » avec le football a démarré dans les ruelles de Kandé. «Comme tout gamin de l’époque j’ai commencé à taper au ballon dans mon quartier », confirme le numéro 27 du Casa Sports. Pierre Benoit Aubia Manga a ensuite rejoint l’école de football Mamadou Faye, dans la commune de Ziguinchor avant de faire d’autres écoles de foot comme Ousmane Ndiaye Compliqué de Santhiaba et Mamadou Marième Diallo de Belfort. « La première chose que j’ai remarquée chez lui, c’est sa discipline et sa rigueur dans le travail. C’est un garçon qui ne trichait pas. Malgré un talent qui sautait à l’œil, je lui ai toujours conseillé de prioriser les études », témoigne Jean Marie Sagna, son premier formateur à l’école de football Mamadou Faye.

Un conseil que l’actuel sociétaire du casa sports a certainement bien suivi jusqu’à décrocher une maîtrise en Physique-Chimie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar(UCAD). Ne pouvant pas allier à l’époque études scientifiques et sport de haut niveau, Pierre Benoit Aubia Manga a continué sa passion dans le football amateur, avec l’AS Lumière de Dakar (division régionale) et les Navétanes avec les ASC Kandé de Ziguinchor et FC Grand Yoff de Dakar. « En 2012, mon équipe Walidane a joué la finale zonale contre l’ASC Kandé de Pierre. Il était le capitaine de son équipe et moi de la mienne. Une finale qui a retenu toutes les attentions, avec un duel épique entre deux équipes du même quartier. Lors de ce match, j’ai eu un télescopage avec lui. Faustin Senghor (ex Casa Sports), son coéquipier, est allé vers l’arbitre pour l’inciter à me sanctionner. Mais c’est lui-même qui a dit au juge de la partie qu’il n’y avait pas faute. Ceci témoigne de l’honnêteté de celui que je considère comme un grand frère », renseigne Cherif Sadio dit Alkalo, directeur de Casa Sports TV (la chaîne YouTube du club).

La même année, après avoir survolé le championnat national populaire à Ziguinchor, il décide de mettre en veilleuse ses études pour rejoindre son club de cœur, sur invitation de la direction technique du Casa Sports. avec son aisance technique, sa vista et son abattage, il participe, la même année, au premier titre de champion du Sénégal de l’histoire du club fanion de la Casamance, avec la génération dorée des Abdoulaye Diallo, Emile Paul Tendeng, Pape Maguette Gningue(actuel coach adjoint), mais aussi l’emblématique capitaine Mamanding Kidièra. Ce dernier ne tarit pas d’éloges à l’endroit de l’enfant de Kandé. « On l’appelait l’infatigable, grâce à son endurance. Il allait toujours jusqu’au bout des exercices et il ne se plaignait jamais », témoigna Kidièra. L’actuel coach du Casa Sports emboîte le pas à Mamanding Kidièra. « Pierre Benoit Aubia Manga est un garçon attaché au culte du travail. Il ne vient jamais en retard aux entraînements. Il ne triche pas et il n’est jamais mêlé à des querelles. Il a joué un rôle important dans la cohésion du groupe.

C’est un joueur qui a une bonne hygiène de vie, c’est la raison pour laquelle il est toujours titulaire devant les jeunes, quand il est en possession de toutes ses capacités physiques » parachève Papa Gorgui Ansoumana Diadhiou, l’entraineur qui vient d’offrir au Casa Sports sa troisième coupe du Sénégal, après 10 années de disette.


Par B. M. KANFOUDY.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *