Boucle des Kalounayes : Quand Ecotra menace de mort les chinois… ( Par Bassirou Sané)

CDK LOGO 2.jpg                                                        No 00000001/FK

                                                              Coubalan, le 13 septembre 2021                                                  

COMMUNIQUE

Travaux d’aménagement et de bitumage de la boucle de Kalounaye et des voiries : quand Ecotra menace de mort les chinois, fait recours à la corruption, manipulation des masses, au mensonge et à l’usurpation d’identité.

Les populations de Kalounaye ont, depuis quelques temps, constaté que certains responsables d’Ecotra sont en train de faire passer de fausses informations à travers une certaine presse faisant état, d’une part, qu’elles menacent de mort les chinois et de bruler leurs bases, d’arrêter les travaux, les faire quitter la zone, et d’autre part, de contestation de l’octroi du marché à l’entreprise CRSG, de leur adhésion à la cause d’Ecotra.

A cet effet, elles se sont réunies en assemblées générales le 22 et 25 juin, le 2 et 11 septembre 2021 à Kalounaye, puis les 21 et 30 août 2021 respectivement à Dakar et sur la grande plateforme FORUM DE KALOUNAYE – réunit tous les 48 villages de la zone et toutes les associations de Kalounaye – en mode virtuel avec leurs Diasporas d’Afrique, Europe, Amérique, Asie, pour condamner fermement le comportement aux antipodes de ces derniers qui vise à ternir l’image de Kalounaye, havre de paix. Les populations, conscientes que ce projet vise à désenclaver leur zone, ne sont mêlées ni de près ni de loin à ces histoires imaginaires inventées par Ecotra. Elles font savoir à l’opinion qu’Ecotra fait de la diffamation, manipulation des masses, en tentant aussi vainement de les utiliser pour atteindre son objectif. Tout ce qu’Ecotra a dit n’a jamais été évoqué par les populations de Kalounaye qui adhèrent totalement à ce projet et déterminées à l’accompagner, y compris l’entreprise chinoise.

Par conséquent les populations de Kalounaye réaffirment que, ce ne sont que des propos mensongers qui n’engagent qu’à leurs auteurs qui ne veulent qu’à créer un trouble à l’ordre public. Les populations prennent en témoin l’opinion nationale sur les manœuvres inadéquates d’Ecotra, visant à supplanter un adversaire qui a raflé la mise suite à un appel d’offres international bien diligenté. Désormais, elles n’accepteront jamais de laisser à cette société de fixer les règles de la magouille, pour tourner en bourrique l’opinion, afin de s’octroyer une certaine légitimité.

Les populations de Kalounaye précisent s’il y a un conflit, qu’Ecotra le règle avec l’Etat mais jamais le ramener au niveau local. C’est l’Etat qui a désigné l’entreprise chinoise CRSG pour exécuter les travaux. Concernant la commande publique, elles ne sont pas habilitées, à demander une entreprise d’intervenir ou non. Elles ont tout de même un droit de regard, des avis, une fois que les travaux démarrent. Vu que l’entreprise CRSG est la seule détentrice de l’Ordre de Service de démarrage qui est effectif d’ailleurs, vu que les employés, selon eux, sont bien traités avec des salaires décents, vu que les chinois sont en très bons termes avec les populations, leur intégration et la cohabitation sont parfaites, les populations demandent à l’Etat de ne pas retirer des chinois ce projet en bon niveau d’exécution, de laisser CRSG poursuivre les travaux d’aménagement et de bitumage de la boucle de Kalounaye et desvoiries, et de prendre toutes les mesures à cet effet.

Par contre, les populations de Kalounaye confirment les propos d’Ecotra relayés par WalfQuotidien no8826 du vendredi 27 août 2021, « le risque de mort d’hommes » commis par certains de ses représentants. Le vendredi 25 juin 2021, Hamdi Moustapha Ndiaye, chargé de communication à Ecotra, accompagné d’un chauffeur, s’est rendu à la base de l’entreprise chinoise sise à Ouonck à bord d’une voiture PRADO immatriculée DK 9715 BG, pour menacer de mort les chinois avec une arme à feu […]. Se présentant comme Mohaméd Ngom et comme « un agent judiciaire de l’Etat du Sénégal chargé de transmettre une lettre de notification émanant de la Cours suprême au Directeur de projet de CRSG dont l’objet était, que l’entreprise CRSG devait dégager des lieux et que l’entreprise Ecotra est chargée désormais de continuer les travaux de la boucle de Kalounaye ». Le samedi 26 juin 2021, au moment où le village de Coubalan était foudroyé par le décès d’une femme, il a convoqué en réunion secrète un groupe de jeunes de Coubalan à leur campement touristique, pour leur demander de combattre les chinois, de s’opposer avec véhémence à la bonne volonté de l’Etat moyennant de fortes sommes d’argent. En plus de cette corruption,  il leur promet, une fois que la faute est  commise et que le marché de la boucle de Kalounaye leur soit attribué, 1000 jeunes seront recrutés avec des salaires qui vont de 100 000 à 350 000 F CFA au minimum par mois en guise de reconnaissance.

Au vu de tout ce qui précède, les populations de Kalounaye ne veulent plus revoir Ecotra sur leur sol, quelque soit l’issue d’éventuelles discutions avec l’Etat. Désormais au-delà de la sécurité publique, une des missions régaliennes de l’Etat, elles s’engagent à assurer la sécurité quotidienne des chinois. Les populations n’accepterons jamais que les fauteurs de troubles reviennent saboter les travaux de la boucle, saper leur paix, quiétude et sérénité. Elles mettent en garde les représentants d’Ecotra, s’ils récidivent, vont avec détermination en découdre avec eux sans état dame.

Les associations et mouvements signataires :

Le Collectif des Maires de Kalounaye, l’Association des Chefs de villages, l’Association des Imams, le Collectif des Marabouts, le Collectif des Sages, le Collectif des Notables, l’Association de la Diaspora, l’Association des Personnes Handicapées, les Foyers des jeunes, l’Association des Jeunes de Kalounaye, l’Association des Femmes du bois sacré, les OCB, les GPF, les ODCAV, les ASC, le Forum de Kalounaye.

  Le Président du CDK

et Administrateur Général du Forum de Kalounaye

Bassirou SANE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *