LA CUPIDITE DU MAIRE D’OULAMPANE ( PAR FOUSSY DIEDHIOU)

La forte propension à vouloir tout accaparer pour soi a poussé le Maire de la Commune d’Oulampane (Bignona) à mettre en place une vaste opération d’escroquerie à l’endroit de ses administrés.

En effet, ayant levé les décisions de justice rendues à l’audience foraine tenue, au siège de la commune, le 30 mars 2021 par le Président du Tribunal d’Instance de Bignona, le sieur Lansana SANE, comme c’est de lui qu’il s’agit, a instruit ses services d’encaisser, au titre de frais de transcription, la somme de 3.000 FCFA pour les pétitionnaires élèves et 5.000 FCFA pour les adultes, nonobstant la somme forfaitaire de 2.000 FCFA requise et initialement déposée au titre de frais de justice.

Une forfaiture, une atteinte faite à tous les efforts entrepris par l’Etat aux fins de promouvoir l’accessibilité de la justice des justiciables qui ne peut rester impunie.

Il faudrait certes rappeler que le principe de l’itinérance de la justice puise son fondement dans l’élan général de rapprochement du système judiciaire des justiciables ayant pour corolaire essentiels d’éliminer, au mieux, les contraintes liées aux coûts et à la distance.

Or, en Casamance et plus particulièrement dans la commune d’Oulampane, cette démarche de la puissance publique est plus que significative.

Cela, d’autant plus qu’un concours de circonstances malheureuses, allant de l’indigence ou de l’éloignement à l’instabilité sécuritaire, a fini par mettre une bonne partie de la population de la commune dans une situation d’apatridie.

Ainsi, l’itinérance de la justice, au-delà de pourvoir au libre écoulement du principe d’égalité des citoyens devant la justice expressément adopté par le peuple souverain ( loi fondamentale), est au service d’une forte demande sociale et participe, de ce fait, à la restauration de la dignité d’un peuple avili.

L’offense est ignoble et s’attaque à l’ensemble de toutes ces valeurs républicaines.

Vouloir faire des décisions de justice une assiette fiscale pour une collectivité en dehors de toute prescription légale, ne peut être que de l’escroquerie et quiconque se rendra coupable d’une telle forfaiture à l’endroit de ses administrés ne mérite que la sanction suprême.

Que justice soit rendue aux populations d’Oulampane et le plus vite sera le mieux.

Halte à la méprise.

Profondes peines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *