Portrait de Hissène Habré : Retour sur la vie d’un ancien président poursuivi et condamné à mort au Tchad.

Hisséne Habré a été rappelé à Dieu ce mardi 24 aout 2021. Ancien président du Tchad à la suite du coup d’État qui renverse Goukouni Oueddei, il est devenu célèbre au Sénégal pour s’être refugié dans ce pays, avant de connaitre un procès très médiatisé en 2017.

Né le 13 août 1942 à Faya-Largeau, Hissène grandit dans le désert du Djourab, au milieu de bergers nomades. Intelligent, aidé par ses instituteurs, il étudie. Après l’indépendance, la politique d’africanisation des postes administratifs occupés jusque-là par des Français vaut à Hissène Habré d’être nommé sous-préfet de Moussoro par le président Tombalbaye.

La même année, il part étudier en France, à l’Institut des hautes études d’outre-mer 3, il s’attelle ensuite à des études de droit, fréquente l’Institut d’études politiques et fait son éducation politique en lisant Frantz Fanon, Che Guevara, et Raymond Aron. Après la fin de ses longues études en 1972, il repart au Tchad et rejoint le Frolinat, puis fonde les Forces armées nationales du Tchad (FANT), aujourd’hui disparues sous ce nom. Il est nommé au poste de Premier ministre le 29 août 1978 par le président de la République, le général Félix Malloum.

Son mandat prend fin avec la guerre qu’il a lui-même déclenchée le 12 février 1979. Hissène Habré, chef des Forces armées du Nord (FAN) qu’il a crées, renverse Goukouni Oueddei le 7 juin 1982 pour occuper le poste de président de la République. Le poste de Premier ministre est supprimé le 19 juin et plusieurs opposants politiques sont exécutés. Habré transforme les FAN en armée régulière (FANT), puis crée une police politique, la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), responsable de milliers d’enlèvements et d’assassinats politiques.

Soutenu par la France lors de la guerre face au Libyens entre 1983 et 1987, Hisséne Habré va se détourner de la France, considérant que son régime est soutenu par les Etats-Unis. Le général Idriss Déby le renverse alors le 1er décembre 1990, le directeur de la DGSE Claude Silberzahn ayant convaincu le président Mitterrand de placer au pouvoir Idriss Déby en abandonnant Hissène Habré qui trouve refuge au Sénégal. Abdou Diouf était alors président du Sénégal.

Hissène Habré est soupçonné d’être responsable de la mort de presque 40 000 personnes. En janvier 1992, après le renversement du régime Habré, plusieurs fosses communes ont été découvertes à 25 km de la capitale. Certaines fosses contenaient jusqu’à 150 squelettes des détenus exécutés par la tristement célèbre police politique (DDS). Le rapport de la commission d’enquête comptabilise quelque 80 000 orphelins produits par la terreur du régime Habré.Condamné à mort par contumace pour crimes contre l’humanité par un tribunal de N’Djaména, puis est inculpé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture.

Son procès, qui s’ouvre à Dakar en 2015, est la première utilisation de la compétence universelle sur le continent africain. Il est condamné à la prison à perpétuité en appel en 2017. Il meurt finalement en prison, après avoir été contaminé au coronavirus.

Avec Senenews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *