GUY MARIUS SAGNA :” …nous sommes allés à Kër Massar l’inondée où l’eau nous…”

Il y a un an, nous sommes allés à Kër Massar l’inondée où l’eau nous arrivait au ventre, à la poitrine. 2021, mêmes chats, mêmes chiens, mêmes schémas, mêmes tragédies…

Nous exprimons encore aujourd’hui notre tristesse, notre solidarité, notre colère…aux victimes des inondations.

La dernière fois que j’ai parlé avec les collectifs des populations de Kër Massar c’était l’an passé. Ils disaient qu’ils attendaient de voir les promesses de Macky Sall. Ils découvrent dramatiquement que l’équipe de Macky Sall n’a aucune pitié quand il s’agit de défendre ses intérêts de classe. Ils détournent nos hôpitaux, nos routes, nos écoles, nos espaces verts, nos engrais…détournent aussi l’argent qui doit sortir les populations des eaux. Allons nous accepter de nous laisser encore tromper?

Il n’y a pas de mauvais peuple.
Il n’y a que de mauvais élus.

Le président Macky Sall a inondé le Sénégal de surfacturations, d’irrespect de la parole donnée, de sa famille avant le Sénégal…résultat : les populations souffrent à Kër Massar et partout au Sénégal.

Quand un pays est gouverné par un président de la république nommé Macky Sall qui détourne les ressources du peuple qu’il utilise pour satisfaire les priorités d’une caste politicienne et de ses maîtres impérialistes, il n’y a jamais suffisamment de ressources pour satisfaire les priorités des populations.

Les détournement des ressources du Sénégal par Macky Sall doivent cesser.

Nous connaissons la solution :
1- les urnes : inscrivons-nous massivement sur les listes électorales pour sanctionner la machine à inondations qu’est Macky Sall et son Etat néocolonial.
2- la rue: si la rue a permis d’empêcher l’assassinat politique de Ousmane Sonko, la rue peut permetrre de sortir les populations des eaux, des spoliations foncières, des violations des droits des travailleurs, des accaparements de forage, de la justice de classe, d’une ecole et d’une santé sabotées…

Il faut combiner la rue et les urnes pour nous sauver et sauver le Sénégal.

Il faut aussi fédérer les luttes.
Où sont les sénégalais victimes des inondations quand des sénégalais sont victimes de spoliation foncière ? Où sont les sénégalais licenciés arbitrairement de leur travail quand les autres sont victimes d’inondations ?

Soyons plus solidaires et plus complémentaires dans la lutte car eux ils sont solidaires et complémentaires quand ils nous oppriment et nous exploitent et détournent nos ressources.

REFUSONS!
RESISTONS !
LUTTONS!

ORGANIZE, DON’T AGONIZE!
RÉSISTANCE !

GMS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *