LES PISTES DE PRODUCTION SIMPLES ET ÉCONOMIQUES AU FOGNY : UNE MEPRISE. ( Par Foussy Diédhiou)

La construction de pistes de production simples et économiques dans le FOGNY est l’expression la plus parfaite de la méprise des organes en charge de la planification et des études techniques à l’endroit des populations.

Nul doute que dans la planification et la conception des pistes rurales, une attention toute particulière doit être accordée à la protection contre l’érosion et des techniques appropriées doivent être adoptées en vue d’assurer une certaine durabilité à l’infrastructure au service de l’économie et du développement rural de la contrée.

Ce que l’on constate, par contre, au FOGNY, c’est l’adoption de pistes simples et économiques à la praticabilité intermittente ou saisonnière. La boucle du Kalounaye et la bretelle Bignona – Sindian en sont la parfaite illustration.

Aujourd’hui, le chantier de la piste de la boucle du FOGNY est rudement mis à l’épreuve par les eaux de ruissellement qui, par endroit, sont parvenues à traverser par-dessus la piste et/ou à entamer dangereusement les abords de sa structure principale.

De Mampalago à Baïla tout comme de Sindian à Djibidione, on n’a pas besoin d’une somme d’expertise pour relever les stigmates de la fulgurante érosion affectant la piste en construction.

Délégataire de pouvoir, AGEROUTE persiste dans le périlleux choix du rapport avantages/coût dans la planification et les études techniques des pistes rurales en Casamance et plus particulièrement dans le FOGNY.

Cerise sur le gâteau, aucune voix autorisée (politique ou technique), de la région ou du département, n’est disponible pour prendre en charge cette question épineuse de l’expression de la citoyenneté du peuple du FOGNY, préférant faire dans la laudation et l’escobarderie.

Pourtant, la piste de production ne revêt aucune dimension de politique politicienne. Elle est un rudiment d’affranchissement ou d’épanouissement du citoyen.

Une piste de production est le lit d’écoulement de la culture du peuple qu’elle sert et, à ce titre, participe au rayonnement de toute la nation.

C’est pourquoi, il nous paraît utile d’attirer l’attention des décideurs politiques de la nécessité de rompre d’avec les approches manageriales inspirées par les méthodes d’accumulation des profits de l’entreprise.

L’AGEROUTE est investie d’une mission de service public laquelle ne s’accommode pas avec les règles ou exigences économiques du privé.

Les intempéries climatiques en Casamance sont de notoriété publique et ne sauraient pas être intégrées ou prises en compte dans la planification et les études techniques d’un projet de construction de piste de production que par pure méprise.

Et, comme le dit si bien William Shakespeare, “Mieux vaut être méprisé et le savoir qu’être méprisé et s’entendre flatter.”

Le FOGNY a besoin de pistes de production mais des pistes de production viables et porteuses de dignité.

Au silence éloquent des uns, je fais le choix du silence assourdissant des autres.

Amour et foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *