« Nous ne sommes pas Seydou Sané, nous sommes Pastef et nous ambitionnons de diriger le Sénégal » (Par Bacary Diatta)

On savait que depuis que le Pastef et sa coalition les ont tournés en bourricot un peu partout au Sénégal et particulièrement dans les départements de Ziguinchor et Bignona, Ousmane Sonko allait devenir leur tête de turc. On savait également qu’en démocratie, les acquis d’aujourd’hui obtenus grâce à une persévérance collective pouvaient être rudoyés et parfois de manière inélégante surtout quand, en face, on a des individus qui ont pour seul mérite le larbinisme pour exister politiquement.

Mais, de là à penser que des individus à la légitimité douteuse pouvaient attaquer le projet Pastef et son leader pour leurs ambitions envers ce beau pays qu’est le Sénégal, il fallait venir à Ziguinchor pour en avoir le cœur net. Et c’est en la personne de Seydou Sané, 1er Adjoint au maire de Ziguinchor et président du club fanion le Casa Sports que le coup de traitre allait venir.

Aphone depuis que les populations de Ziguinchor et Bignona ont accordé leur confiance à Pastef à travers une dérouillée mémorable administrée à leur son leader et à son parti, l’APR, Seydou Sané en mal d’existence a choisi le moment où toutes les populations se recueillaient sur les victimes de la répression barbare des manifestations pour s’illustrer de fort triste manière.« La Casamance ne saurait être un escalier pour atteindre vos ambitions »

C’est ce bout de phrase assassine que Seydou Sané venu présenter ses condoléances aux familles des victimes, prononcera à l’endroit de la presse. Ce qui est d’ailleurs son droit le plus absolu puisque pour M. Sané et ses camarades de la région méridionale, ont effectivement comme ambition les limites du vieux pont Émile Badiane qui devrait être leur préoccupation principale pour éviter un autre naufrage à l’image du « Joola ».

Certainement ragaillardi par les micros et l’entrevue que venait de lui accorder l’imam Fansou Bodian, Seydou Sané dont la légitimité est plus qu’écornée, lancera « Nous avons lancé un appel à la jeunesse, cette jeunesse Casamançaise engagée disciplinée et exemplaire à ne pas se laisser entraîner par des aventuriers qui pensent en faire un escalier pour atteindre leur ambition démesurée. La Casamance ne saurait accepter un tel chantage et ne sera jamais une rampe d’escalier pour réaliser un vœu personnel irréaliste ».

Des propos d’une petitesse qui montrent l’étroitesse d’esprit et l’ambition limitée de Seydou Sané pour qui la cuisante défaite de février 2019, est restée en travers de la gorge. Mais, qu’il sache que cette boule restera pour longtemps coincée car l’ascension de Pastef et de Ousmane Sonko est irréversible. Les populations ont adopté Pastef et Ousmane Sonko en découvrant qu’un autre monde existe et que des hommes droits et dignes ont fait don de soi pour un Sénégal juste.

En attendant les prochaines échéances, Seydou Sané et consorts ont encore la possibilité d’offrir un visage moins hideux aux populations en essayant d’aider ces pauvres familles dont les enfants épris de justice, épris de Pastef, ont osé dire NON à l’injustice incarnée par ce régime honni de tous que vous essayez de sauver à travers des complots funestes dont vous porterez l’entière responsabilité Ad vitae Eternaem. Mais, Pastef vous donne encore la possibilité de nettoyer cette souillure qui va restée gravée comme le « JOOLA ».

Et enfin cher Seydou Sané, pour votre gouverne, « Bignona n’est pas à la ballade politique. Aujourd’hui nous sommes très endeuillés pour accepter que des gens comme vous puissiez venir déranger notre deuil et tenir un discours de bas étage au moment où tout le monde s’incline devant la mémoire de ces jeunes lâchement abattus ».« Seydou Sane, vous n’avez pas de leçon à donner à qui que ce soit encore moins au Président Ousmane Sonko ».

Bakary Diatta

(Pastef Bignona)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *