ALINE SITOE DIATTA OU LA DAME DE KABROUSSE….

Aline Sitoé Diatta (née en 1920 à Kabrousse, dans le Sud du Sénégal et morte en 1944 à Tombouctou, au Mali) est une héroïne de la résistance casamançaise. On la surnomme parfois la « Jeanne d’Arc d’Afrique ». Ses parents étaient Silisia Diatta et Assonelo Diatta, mais elle est élevée par son oncle paternel Elaballin Diatta à la mort de son père. Pour gagner sa vie, elle se rend à Ziguinchor pour travailler comme docker. Durant la saison sèche , elle migre sur Dakar et y trouve un emploi de bonne à tout faire. C’est à Dakar, comme une prophétesse, qu’elle a la révélation de sa mission de libérer son peuple de l’administration coloniale, par des voix quasi-divines. Elle s’y refuse dans un premier temps, puis décide de se conformer à ces voix et de revenir en Casamance. Elle y entraîne la population dans un mouvement de désobéissance civile.Elle demanda à son peuple le refus catégorique de toute activité imposée par les colons (refus de payer l’impôt en espèces ou en nature, rejet de la culture d’arachide au détriment de celle du riz, recrutements/enrôlements pour la guerre) et engagea celui-ci sur le chemin de la résistance.En outre, elle disait aussi être porteuse d’un message divin qui consistait en un retour aux sources. Ainsi, elle réhabilita l’ancienne semaine diola des 6 jours (5 jours travaillés et repos le 6e jour), ordonna des sacrifices, de nouvelles formes de prières, une nouvelle religion traditionnelle.Le pouvoir français était en cette année 1943 fragilisé par son effondrement militaire au début de la Seconde Guerre mondiale, et cette région diola était réputée réfractaire à toute forme d’autorité autre que la tradition clanique. Aline Sitoé Diatta fut arrêtée, le 8 mai 1943. On mit aussi son mari aux arrêts. Il sera libéré des années plus tard. La reine-prêtresse de Kabrousse alla d’une prison à l’autre au Sénégal et en Gambie et finalement fut déportée à Tombouctou, au Mali, où elle sera déclarée morte en 1944 du scorbut. Elle a probablement succombé aux brimades, aux tortures aux privations de nourriture et au refus de la soigner lorsqu’elle tombait malade.Néanmoins, elle reste la plus célèbre résistante sénégalaise à la pénétration coloniale et ce n’est pas exagéré de dire qu’elle mérite le titre d’héroïne nationale pour sa détermination à rester libre au prix de sa vie.DIOP PAPA GORAALINE SITOE DIATTA OU LA DAME DE KABROUSSEAline Sitoé Diatta (née en 1920 à Kabrousse, dans le Sud du Sénégal et morte en 1944 à Tombouctou, au Mali) est une héroïne de la résistance casamançaise. On la surnomme parfois la « Jeanne d’Arc d’Afrique ». Ses parents étaient Silisia Diatta et Assonelo Diatta, mais elle est élevée par son oncle paternel Elaballin Diatta à la mort de son père. Pour gagner sa vie, elle se rend à Ziguinchor pour travailler comme docker. Durant la saison sèche , elle migre sur Dakar et y trouve un emploi de bonne à tout faire. C’est à Dakar, comme une prophétesse, qu’elle a la révélation de sa mission de libérer son peuple de l’administration coloniale, par des voix quasi-divines. Elle s’y refuse dans un premier temps, puis décide de se conformer à ces voix et de revenir en Casamance. Elle y entraîne la population dans un mouvement de désobéissance civile.Elle demanda à son peuple le refus catégorique de toute activité imposée par les colons (refus de payer l’impôt en espèces ou en nature, rejet de la culture d’arachide au détriment de celle du riz, recrutements/enrôlements pour la guerre) et engagea celui-ci sur le chemin de la résistance.En outre, elle disait aussi être porteuse d’un message divin qui consistait en un retour aux sources. Ainsi, elle réhabilita l’ancienne semaine diola des 6 jours (5 jours travaillés et repos le 6e jour), ordonna des sacrifices, de nouvelles formes de prières, une nouvelle religion traditionnelle.Le pouvoir français était en cette année 1943 fragilisé par son effondrement militaire au début de la Seconde Guerre mondiale, et cette région diola était réputée réfractaire à toute forme d’autorité autre que la tradition clanique. Aline Sitoé Diatta fut arrêtée, le 8 mai 1943. On mit aussi son mari aux arrêts. Il sera libéré des années plus tard. La reine-prêtresse de Kabrousse alla d’une prison à l’autre au Sénégal et en Gambie et finalement fut déportée à Tombouctou, au Mali, où elle sera déclarée morte en 1944 du scorbut. Elle a probablement succombé aux brimades, aux tortures aux privations de nourriture et au refus de la soigner lorsqu’elle tombait malade.Néanmoins, elle reste la plus célèbre résistante sénégalaise à la pénétration coloniale et ce n’est pas exagéré de dire qu’elle mérite le titre d’héroïne nationale pour sa détermination à rester libre au prix de sa vie.DIOP PAPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *