LES DIOLAS AVAIENT-ILS DES NOMS DE FAMILLE ?

A l’instar de plusieurs peuples d’Afrique, les noms de famille des diolas sont relativement récents. Hérités des colons. En effet, c’est la structure onomastique qui constituait l’identité principale de chacun (e). Les déclinaisons identitaires sont nombreuses. Si tu rencontres un diola, il te demande ton prénom. Si tu es plus âgé, c’est ton surnom qui est sollicité. Si tu es de son âge, c’est plutôt son village, quartier et ta famille. Il existe donc un système de repérage qui part du prénom à la famille élargie dépendant de votre âge pour que les identifications puisent être opérées. C’est ce qui explique la propension naturelle des diolas (parfois incomprise d’un étranger) à vous demander systématiquement vos identifiants patronymiques. Car le diola ne connait pas des individus isolés mais enchâssés dans un complexe système où il est systèmatiquement identifiable.

Par exemple Essiluwa Ndao (juste une indication) est de la famille de Ebiroway (quartier du Maan actuel Sibilumbay Diedhiou de Oussouye). Il est aussi de chez feu Atabo (detenteur de Bàcììn que Sibaneene gère présentement) de Souleuk (quartier de Oussouye). On peut l’identifier à travers son fétiche familial qui s’appelle Elinkinaii (grand fétiche dans le Ayi qui est géré par les habitants de Batefousse (quartier de Ushumbu, l’actuel vice-premier Maan de Oussouye) qui est originaire du royaume de Karouhai (du côté de la Guinée Bissau). Voilà une identification onomastique précise qui décrit Essiluwa Diedhiou dans le contexte des traditions patronymiques diolas.

Par ailleurs, il faut noter les mutations onomastiques intéressantes qui se sont opérées au fil du temps. Ainsi nous avons plusieurs familles Diedhiou qui ont changé de noms pour s’appeler Sarr par peur de représailles ou de répressions. Senghalène (village du Kassa, basse Casamance), avec la rébellion, a vu beaucoup de ses habitants changer leur nom de famille pour ne pas s’identifier à Diamacoune qui était le secrétaire général du MFDC (mouvement indépendantiste).

Par Ndukur Kacc Essiluwa Ndao Anthropologue et
Matar Ndour, Ethno-Photographe

© Projet Ethno-Photographique. Signes et symboles. Entre imaginaires et réalités. Matar Ndour et NKEN, septembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *