Didier Deschamps : «Tous les compteurs sont remis à zéro»

L’équipe de France se réunit à Clairefontaine et s’apprête à retrouver les terrains samedi en Suède (20h45), presque dix mois après son dernier match. C’est le moment aussi qu’a choisi le sélectionneur pour se confier à FF et se livrer à un vaste tour d’horizon. Extraits.

Sur les incertitudes de la rentrée

«En ce moment, il est difficile de se projeter très loin, au-delà de septembre, octobre et novembre. Et encore. Je ne dirai pas qu’on repart pas de rien, car je ne vais pas tirer un trait sur ce qu’on a réussi tous ensemble. Au contraire, les joueurs doivent continuer de se nourrir de ça. Mais aujourd’hui, tous les compteurs sont remis à zéro. A un détail près : jusqu’au Qatar, on a ce titre de champion du monde qui nous donne un statut mais qui s’accompagne aussi d’une attente, légitime, et d’exigences.»

Sur l’évolution de l’équipe

«Mon analyse actuelle est la suivante : il faut garder ce qui a fait notre force jusque-là, à savoir notre solidité, notre mentalité et notre esprit compétiteur, et ensuite amener autre chose, varier davantage les associations et les systèmes de jeu. Autrement dit, élargir un peu plus notre palette. Je ne suis pas convaincu qu’en faisant un copier-coller de la Coupe du monde, on parviendra au même résultat. L’idée, c’est à la fois d’être moins prévisible pour l’adversaire tout en conservant nos points forts.» Lire : Le sommaire complet de FF

Sur l’influence de Griezmann

«À aucun moment je ne peux m’imaginer qu’Antoine va perdre de l’influence en équipe de France, sous prétexte qu’il a été moins efficace la saison passée avec le Barça. Après, il est dépendant des autres, d’un système et de la façon dont on l’utilise. Il ne fait pas la différence tout seul. A l’Atlético, l’équipe jouait pour lui, il était dans un certain confort et son poids était considérable. Il a fait un choix et à Barcelone, ça s’est avéré plus compliqué, on en a parlé ensemble (…) En tout cas, avec moi, tout est clair. Il sait dans quel rôle et dans quelle zone je le fais jouer. Et il sait très bien qu’à chaque fois, je le mets dans les meilleures dispositions, peu importe le système de jeu. Je n’ai donc aucun souci.»

Sur le retour d’Adrien Rabiot

«Je me pose toujours la question en ces termes : qu’est-ce qui est le mieux pour l’équipe ? Où est son intérêt ? Comment puis-je gagner le prochain match ? Adrien a désormais retrouvé un très bon niveau à la Juve et, contrairement à ce que beaucoup pensaient, je n’avais pas fait une croix sur lui. (…) Il est mieux dans un milieu à trois, à gauche ou à droite, mais pas en pointe basse. Après, c’est comme pour Paul (Pogba), c’est juste une question d’adaptation s’il joue à deux devant la défense. Il marque moins et il est moins décisif que Paul, mais il a cette même faculté à bien se projeter vers l’avant et il possède la maîtrise technique nécessaire.»L’intégralité de notre entretien avec Didier Deschamps est à découvrir dans le nouveau numéro de France Football disponible en kiosque dès ce mardi 1er septembre ou en ligne à partir de ce lundi 31 août à 18 heures.

Avec Fance foot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *