Salaire : Surimposition ; les enseignants crient au vol et indexent la direction de la solde du Sénégal

A la direction de la solde on dit que plus le revenu annuel augmente, plus l’impôt mensuel augmente. Ainsi un enseignant sans femme et enfant qui perçoit un salaire mensuel de 300 000 Fcfa a donc un revenu annuel de 3 600 000, et il paye un impôt mensuel de près de 60000 Fcfa. Il reçoit un rappel d’intégration de 3 000 000 Fcfa. Il a attendu depuis plusieurs années. À la solde on lui coupe un impôt de 1 200 000 Fcfa. Le reste c’est-à-dire 1 800 000 Fcfa est versé dans le revenu annuel. Ainsi, l’impôt sur le revenu annuel augmente aussi. Dans ce contexte, au lieu de payer 60 000 Fca par mois, il va payer plus de 100 000 Fcfa par mois pour le restant de l’année. 40 000 Fcfa de plus par mois pendant 8 mois c’est-à-dire 320 000 Fcfa plus les 1 800 000 Fcfa, nous avons un impôt total de 2 120 000 Fcfa. Sur 3 000 000, on paye plus de la moitié comme impôt. Donc, il paye deux impôts différents, un impôt sur la somme totale du rappel et un impôt sur le revenu annuel qui a augmenté. Il a évidemment une surimposition manifeste et intolérable.
Deux observations par rapport à cette cette forfaiture.
D’abord, le rappel à été un cumul sur quatre ans d’attente. Seul les mois de l’année 2020 doivent être considérés dans le revenu annuel de 2020. En quoi ce qu’il devait gagner en 2019 en 2018 et 2017 doit être mis dans le revenu annuel de 2020 ?
Ensuite, si on parle de revenus annuels, chaque agent du ministère des finances perçoit tous les 3 mois une somme qui peut atteindre 1 000 000 Fcfa et pour certains la somme peut dépasser 5000000 Fcfa c’est-à-dire 20 000 000 Fcfa par an. Ils appellent ce revenu le fonds commun dont on ignore les sources d’approvisionnement. Si la direction des soldes met cette somme dans le revenu annuel de l’agent du ministère des finances, il serait va payer un impôt mensuel de près de 500 000 Fcfa. La solde a trouvé l’astuce pour ne pas mettre cette somme dans le revenu annuel de l’agent. Donc, cette somme n’est pas imposée. Dans ce cas, soit la solde applique la surimposition à tous les fonctionnaires, soit elle met les rappels des enseignants dans la même rubrique que les fonds communs qui sont aussi des revenus. Il ne doit pas exister de rupture d’égalité entre des citoyens, c’est un principe élémentaire. Les syndicats peuvent saisir le conseil constitutionnel pour dénoncer cette injustice et violation de la constitution. L’enseignant est victime de trois injustices. On lui fait attendre plusieurs années pour lui payer son argent. Ce qui limite ses capacités d’endettement auprès des banques pour l’habitat. Puis, en payant on lui prend presque la moitié du rappel. Enfin, il ne sait même pas où va cette surimposition qui provient de son argent.
C’est pas encore terminé. La direction de la solde prélève sur le rappel une autre somme pour ce qu’on devait payer pour le fonds de retraite FNR, ce qui est aussi aberrant, car sur la feuille de paie de l’agent depuis sa contractualisation, il est précisé un prélèvement pour l’Ipres. Où est passé cet argent ?
Il existe d’autres irrégularités……

Par Cusems Ziguinchor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *