23juin 2011_23 juin 2021. Devoir de mémoire. ( Par Adama Kane)

En hommage à tous les martyrs qui ont abrégé leur vie pour défendre des acquis démocratiques. 10 ans après, le même débat sur le 3é mandat refait surface. L’article 27 de la constitution n’a jamais été autant promu et interprèté.

Entre  »il le fera, il ne le fera pas, il en a droit, il n’en a pas droit  », le flou s’installe et crée un sentiment de frayeur sur les lendemains du Sénégal quand on jette un regard sur le paysage politique, aujourd’hui. Ça part dans tous les sens. Violence contre violence. Maux contre maux.

Celui qui est garant de la sécurité des personnes et des biens, le Président de la République, lui-même un des contestataires de la 3é candidature de WADE, s’enferme dans un clair-obscur en nous servant un ni OUI ni NON relativement à un éventuel projet d’un 3é mandat.

On en est là, une décennie après près de 15 pertes de vie humaine à cause d’une chronique ivresse du pouvoir. Voilà le carcan dans lequel les politiques nous enferment: ils nous utilisent lorsqu’ils veulent accéder au sommet, une fois aux commandes ils renient tous leurs engagements et posent des mécanismes de concervation du pouvoir en utilisant les armes les plus redoutables: La FORCE et L’ARGENT. En fin de compte c’est toujours le peuple qui en pâtit.

Paix à toutes les victimes !

Adama Kane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *